À chaque fois que j'ai une "idée", je peux être sûr que ça ne suivra pas. Par contre, quand je pars sans rien et que je m'ouvre à ce qui vient, là ça donne souvent quelque chose. Je retrouve ces penchants dans l'art que j'affectionne, c'est ça qui me fait dire parfois que je tiens quand même peut-être le bon bout.

Par exemple en ce moment j'ai un rêve : faire un album où chaque chanson traite d'un camarade de collège ou de lycée mais sans trop de paroles, avec surtout des rythmes et des mélodies, une sorte d'électronique de maison mais tout à la voix, un peu comme ce que fait Lucas Schwartz. Or, je m'y suis mis et j'ai trouvé ça en dessous de tout, alors que tout était très précis dans ma tête. 

Il ne faut surtout pas que j'aie pensé les choses avant pour qu'elle adviennent ensuite, je ne pourrai donc jamais embrasser ces drôles de professions que sont "romancier" ou "scénariste".